Le rooibos

Deuxième article dans le cadre de : Février: Mois de l’histoire des Noirs, nous allons vous parler d’une plante souvent confondu avec le thé mais qui n’en n’est pas, j’ai nommé le rooibos. Nous commencerons par présenter son unique pays producteur. Nous donnerons ensuite une description de la plante et la façon de la transformer pour la consommation. Finalement, nous terminerons par la description de certains rooibos que nous possédons à la Théière à l’Envers.

 

Le rooibos, produit exclusif de l’Afrique du sud, est cultivé dans les plaines de la région du Cedarberg à 200 km au nord du Cap. Il est adapté à un sol pauvre et acide, de même qu’à un climat chaud et sec. Consommé depuis plusieurs siècles par les populations locales qui lui ont donné le nom de « thé rouge », ce buisson aux petites branches ramifiées est commercialisé seulement depuis le début des années 1930. Connu également sous le nom d’Aspalanthus linearis, cette plante fait partie de la famille des légumineuses. Ce sont les feuilles et les tiges qui sont récoltées pendant les trois premiers mois de l’année, qui correspondent à la saison estivale, qui seront coupées, broyées, oxydées et séchées au soleil. Riche en minéraux et vitamines, le rooibos ne contient pas de caféine. Fait intéressant, il contient une quantité relativement importante de substances antioxydantes. Faible en tanins, il aura donc un goût moins astringent que le thé.

 

Les populations indigènes d’Afrique du Sud utilisaient l’infusion de rooibos à des fins médicinales mais nous ne trouvons pas beaucoup de traces historiques. En 1968, une Sud-Africaine, Annetjie Theron, aurait remarqué que le rooibos soulageait les coliques de son bébé. En 1970, elle publia un livre sur les effets bénéfiques du rooibos pour traiter les allergies cutanées : Allergies: An Amazing Discovery. Elle a aussi breveter un extrait de rooibos encore utilisé de nos jours pour la préparation de divers produits cosmétiques et de santé.

 

À ce jour, aucun essai clinique ne permette de confirmer l’efficacité de ces usages, plusieurs médecins sud-africains recommandent encore l’infusion de rooibos pour soulager les coliques des bébés. On dit aussi du rooibos qu’il soulage les troubles digestifs et du sommeil par son infusion. Par voie externe, il serait efficace pour traiter les allergies cutanées, l’eczéma et l’érythème fessier.

 

À la Théière à l’Envers, vous trouverez quelques rooibos. Vous pouvez le consommer nature ou parfumé très souvent avec des arômes de fruits. Notre mélange maison de rooibos avec morceau de cacao, de chocolat noir et d’épices mexicaine vaut la peine d’être essayé. Un chocolat chaud revisité. Pour conclure, le rooibos est une belle alternative pour faire boire autre chose que du jus aux enfants et ceux qui aiment les infusions sans caféine.

 

Référence :

  • 1001 secrets sur le thé, Lydia Gauthier. Éd. Prat Éditions, 2012.
  • Le guide de dégustation de l’amateur de thé, Christine Barbaste, François-Xavier Delmas, Mathias Minet, Éd. Chêne, 2015.
  • Thé : histoire, terroir, saveur, Maison de Thé Camellia Sinensis, Éd. Les éditions de l’homme, 2016.

http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=rooibos_ps